Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2015

Poisson lion : bonne nouvelle !

Le poisson lion est délicieux. On le prépare en filets, au BBQ, en sushi. Et c'est ainsi qu'on peut imaginer un moyen de riposte.
Nous l'avons goûté à Bonaire en sushi et nous avons été conquis.
Chaque semaine, à Bonaire, 300 chasseurs sous-marins munis d'autorisation spéciale chassent ce terrible carnivore.
6500 poissons seraient pris chaque mois.
Hôtels et restaurants l'ont inscrit à leur carte.
Il me plaisait de ne citer que Bonaire car il faut savoir que toute chasse sous-marine y est interdite depuis fin des années 70. Mais vu l'ampleur de l'invasion, les autorités locales, les responsables des parcs nationaux n'ont pas  hésité à prendre le taureau par les cornes.
D'autres idées pour éradiquer cet envahisseur ont vu le jour. C'est ainsi que les autorités du Park de Roatan au Honduras ont eu l'idée, avec l'aide des plongeurs, de nourrir les requins avec des poissons lions. D'abord en leur présentant des poissons morts, puis des poissons blessés pour enfin les laisser chasser des animaux en bonne santé.
Les requins ont, semble-t'il, inscrit le poisson lion à leur menu et l'organisme du requin est insensible à leur venin.
Suite à cette initiative au Honduras, on cogite de toute part pour trouver des prédateurs naturels. Dans les Antilles on songe à réintroduire le Mérou Epinephelus. Ce dernier y avait été décimé.
Des concours de chasse sont organisés un peu partout.
C'est ainsi qu'aux Roques a eu lieu au mois d'octobre des concours de chasse en apnée et/ou bouteilles. Cette année,(2013) 750 poissons-lion ont été capturés. Parallèlement les restaurants de l'archipel ont donné rendez-vous pour des dégustations hautes en couleur.
 
A St Maarten, on organise aux mois de septembre et octobre, un "lion fish Derby". Les organisateurs encouragent plongeurs, pêcheurs  à s'y inscrire.
 
Lors de nos plongées à Curaçao, Bonaire, Los Aves, Los Roques, nous rencontrons presqu'à chaque sortie, des poissons- lions.
Fin 2013 à Bonaire, il nous a semblé, qu' ils étaient moins nombreux. Au cours de certaines plongées, le lion-fish était carrément aux abonnés absents. Etait-ce une illusion? 
 
Devenir chasseur de poisson-lion, c'est possible.
Certaines écoles de plongées à Curaçao et Bonaire, (il faut se renseigner pour le reste des Caraïbes) organisent des initiations et écolage à la chasse au lion-fish. Cela ne s'improvise pas car en aucun cas il ne faut toucher la bebête à mains nues. Couper les épines venimeuses demande également un  certain savoir-faire. Et même le transport ne  se fait pas de façon traditionelle. On lui réserve un tube en pvc qui protège le chasseur de toute piqure. (MvE)
 
 
IMG_3624.JPG

Poisson Lion : mauvaise nouvelle

Pterois volitans est le nom scientifique donné au poisson lion, encore appelé rascasse volante, poisson scorpion, poisson feu, lion fish, pece leon.
Originaire de l'indo pacifique, ce beau poisson aux magnifiques couleurs et superbe apparence a suscité l'enthousiasme de nombreux aquarophiles.
Par un malheureux hasard, il s'est retrouvé il y a quelques années en liberté dans l'atlantique ouest, certains diront en Floride, d'autres au Honduras. Peu importe finalement où! On aurait pu s'imaginer qu'en dehors de son milieu naturel, le poisson lion ne survive pas. C'est tout le contraire qui s'est passé. Il s'adapte très bien, trop bien à un tel point qu'il est devenu une terrible menace pour l'écosystème des récifs coraliens des Bahamas, Floride, du Golf du Mexique, de la Caraïbe insulaires, d'Amérique Centrale, du Nord de l'Amérique du sud. Il atteint même une taille plus grande, que dans son habitat d'origine. Et fait gravissime, il n'a pas de prédateur naturel. A cela s'ajoute un autre fait dramatique, le poisson lion est très prolifique, tous les 4 jours il pond jusqu'à 30000 oeufs.
Carnivore, il se nourrit des juvéniles d'une soixantaine d'espèces de ses voisins présentes sur les récifs coraliens.
Accessoirement il mange aussi  oeufs et crustacés.( une étude américaine a montré qu'il pouvait faire chuter la population de juvéniles de certaines poissons de 80 %)
Piétre nageur, il est quand même devenu invasif à cause de ses oeufs et larves emportés par les courants marins.
On le trouve partout, jusqu'à 300 mètres de profondeur.
Il peut atteindre une taille de 49 cm dans les caraïbes. Ces nageoires dorsales, anales et pelviennes sont pourvus d'épines vénimeuses. Treize épines  armées d'un venin puissant . Le poisson lion est responsable de plusieurs cas d'hospitalisation. Il est également une plaie pour les pêcheurs qui le trouvent dans leurs filets et casiers. Ils se plaignent également que leur pêche est moins abondante. Moins de juvéniles arriveraient à maturité.
 
image1.JPG
 
(Suite) Poisson Lion bonne nouvelle