Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2017

Déambulation à Port Antonio


Hier, on est parti en courses dans la cité. Dépaysement garanti ! Marjo me dit : "On fait comme si on connait". On ne passe pas inaperçus (pour rappel, on est blancs ;-) alors, le non verbal est comme un signal qui peut signifier : "besoin de rien, merci" ou "P...t'as une idée d'où se trouve le marché ?" Donc, non verbal évident pour ne pas être abordés, nous pressons le pas, nos regards cherchant le moindre indice, l'air de ne pas y toucher. Aucune indication ne venant à notre aide, Marjo sent peut-être un fluide d'affabilité émanant d'une impressionnante noire toute de bleu vêtue qui déambule devant nous. Elle l'interpelle gentiment en s'excusant et se présentant. Ici toutes les rencontres commencent ainsi : "Hi, my name is..."etc. La dame nous jauge d'un regard profond mais très amical, dit de la suivre et elle nous précède vers le marché où elle se positionne comme une ambassadrice des deux étrangers qui font leurs emplettes. De quoi avez-vous besoin ? Des citrons ? Suivez-moi, etc. Elle connaît tout le monde mais nous remarquons que les gens la regardent avec beaucoup de respect. Nos courses terminées nous prenons congé en la remerciant pour son aide. Elle me regarde avec un sourire entendu lorsque je lui dis mon étonnement de constater combien une si belle complicité peut naître spontanément entre deux femmes. Poursuivant nos recherches (on doit trouver du papier spécial pour refaire les joints du carburateur de notre groupe électrogène), nous cherchons d'indication en indication. Chemin faisant, nous remarquons que, depuis notre arrivée en ville, nous n'avons croisé aucun blanc ! Quand j'écrivais, dépaysement garanti... M'interrogeant avec Marjo à propos de la chance que nous avions eue de faire la connaissance de cette ambassadrice improvisée, je me rappelai que ce n'est pas le marché que Marjo lui a déclaré chercher au début de la conversation mais bien quand et où on pouvait assister à un office religieux (il paraît que cela fait partie des curiosités de l'île). Marjo confirme alors mes soupçons basés sur les quelques parties de phrases que j'ai comprises durant la rencontre dans cet anglais aux accents exotiques qui ne manque pas de me désarçonner. La dame en question était priestess !

23/02/2017

Jeudi 23 février 2017 :

Demain est un autre jour…

 

Hier, mercredi 22 février 2017, nous sommes amarrés sur bouée devant Geogetown aux îles Cayman. Le petit patrouilleur du responsable du port nous annonce un coup de vent de NW. On l’avait vu se préparer sur Zygrib et Weather forecast mais en avions minimiser les conséquences. Le vent n’était pas prévu plus fort que 5 Beaufort mais bon, si les locaux bougent, c’est qu’ils connaissent les conditions locales qu’une telle météo amène. On plie bagages, déçus car on avait prévu une belle plongée et, forts de la lecture des instructions nautiques, filons vers le S où Sand Cay dans le South Sound, est annoncé pouvoir nous abriter. Nous cherchons des bouées orange et en trouvons deux tout à l’entrée qui semblent répondre aux critères des instructions nautiques. Nous nous amarrons sur l’une d’entre elles. L’après-midi voit une grande quantité de bateaux de plongée venir nous rejoindre et cela fait vite du monde ! C’est alors que trois plongeurs viennent nous annoncer que les bouées que nous croyions nous être destinées sont des bouées privées leur appartenant. Le vent est déjà monté et la houle commence à entrer dans le mouillage. Marjo tente bien de négocier prétextant des problèmes de barre mais les plongeurs ne veulent rien entendre. Un sous-marin est en route pour venir s’amarrer sur le corps-mort que, sans le vouloir vraiment, nous squattons ! M’imaginant que nous n’avons guère d’alternative, je m’énerve et lance au plongeur en anglais : « Sorry, I can lost my boat for your beautifull eyes !  We must to find a solution ! ». Mal m’en a pris – comme quoi, l’agressivité est rarement payante… Le plongeur choisit de s’adresser à Marjo pour lui demander de me calmer ! Marjo m’excuse en relevant ma difficulté de m’exprimer en anglais et le caractère angoissant de la situation car celle-ci est claire : si nous quittons la bouée, nous n’avons d’autre alternative que celle d’aller passer la nuit au large ! Bref, elle gagne quelques heures au cours desquelles elle téléphone à la capitainerie de Georgetown pour expliquer la situation et demander confirmation de l’état privatif de la bouée sur laquelle nous avons frappé nos amarres. Très gentiment, le Capitaine nous informe qu’il y a bien une bouée jaune à l’entrée du Sand Cay qui pourrait nous dépanner mais il ne peut pas nous accorder l’autorisation de nous y amarrer. Entre-temps, les plongeurs sont revenus aux nouvelles et nous annoncent l’heure d’arrivée du sous-marin. Ils vérifient avec bouteille l’état du corps-mort sous l’eau et nous demandent de l’aide, le temps pour moi de faire la paix en leur prêtant le marteau dont ils avaient besoin. Ils nous proposent ensuite de nous aider à nous amarrer sur la fameuse bouée jaune qui est une sorte de tonne[1] réservée aux professionnels.

Les amarres à peine larguées, un grain d’une violence inouïe (l’anémo grimpera à 49 nœuds !) nous tombe dessus et c’est dans ces conditions que nous partons à l’assaut de la bouée jaune, Marjo à la barre et moi, aveuglé par une pluie diluvienne, en train de jouer au cowboy en transformant les aussières en lasso improvisé ! Pas facile de frapper une amarre sur une telle bouée alors que la houle est maintenant bien rentrée dans le mouillage, l’avant de l’Otter tossant magnifiquement devant la cible (la croix surmontant la tonne). Au rythme de la houle, cette tonne s’éloigne et se rapproche du beaupré sur lequel je suis perché ne me laissant vraiment qu’une fraction de seconde pour y frapper cette p… d’amarre. Là, je sens que vous réalisez que je suis encore très énervé !... Ni une ni deux, je dis à Marjo que j’y vais à la nage car je ne nous vois pas passer la nuit assurés par une seule aussière qui ne manquera pas d’être rapidement cisaillée avec les conséquences que l’on imagine aisément. C’est ainsi que j’ajouterai deux grosses amarres à la première dont une partie de chaîne me garantissant une sécurité certaine pour la nuit. A peine (presque) dûment amarrés car la manière avec laquelle les aussières garnissent l’énorme taquet est loin d’être académique, les professionnels propriétaires de la tonne arrivent à bord d’un remorqueur et, se confondant en gentillesses, acceptent que nous restions amarrés sur leur bouée, nous rassurent quant à sa bonne tenue et nous souhaitent une bonne nuit !

 

Moralité :       1) Toujours annoncer nos intentions aux locaux sans penser que nous les dérangeons en leur demandant leur avis. Les instructions nautiques sont parfois erronées.

2) Ne pas faire confiance à la cartographie qui contenait des erreurs de profondeur qui auraient pu être dramatiques.

3) Même pour une courte navigation (nous avions 5 milles nautiques à naviguer au moteur), préparer le bateau comme pour une grande traversée (nous avions laissé nos bouteilles et notre sac de plongée sur le pont certes bien arrimés mais bon, cela était dans le chemin).

4) Ceci uniquement pour moi : rester calme ! Perfectionner mon anglais !

5) Enfin, l’unique solution pour aller s’abriter était de rallier Sand Creek dans le North Sound.

 

NB : Ce jeudi 23 février fin de matinée, la VHF nous apprend que le port de Georgetown est fermé ce qui confirme qu’ici, on ne plaisante pas avec un coup de vent d’ouest. A bon entendeur…

 

(à suivre)

 

 

[1] Grosse bouée au sommet de laquelle se trouve un taquet (pièce métallique en forme de croix destinée à recevoir les grosses amarres des bateaux professionnels)

19/02/2017

Du Rio Dulce aux îles Caymans via Cayo Norte

Après quatre mois passés à réaliser un lifting complet de notre Otter, nous ne somme toujours pas prêts. Il reste encore un tas de détails à régler mais nous connaissons la musique. Comme on dit en certaines circonstances : « ils se croient prêts ! » Et bien, quand on en est là, il faut larguer les amarres et prendre le large. Nous laissons derrière nous un ponçage complet de notre pont en teck avec remplacement de toutes les vis et bouchons collés à l’époxy, le renouvellement de notre capote qui a grandi en hauteur et en longueur afin de mieux nous protéger. Des fenêtres dont la transparence nous comble de joie y sont découpées et sont munies de volets amovibles destinés à nous protéger de l’effet de serre inévitable au mouillage sous ces latitudes. Le lazybag[1] a également été remplacé par un neuf. Notre électronique devenue obsolète et lunatique par moments, a été remplacée par mes soins, travail dont je tire une certaine fierté car préjugé facile lors de l’achat mais avéré beaucoup moins évident à la réalisation. Enfin, tout fonctionne (presque tout) et nous voilà donc partis. P… j’allais oublier tout l’extraordinaire travail de couture de Marjo qui a réalisé des couvertures (covers) pour tous nos coffres fraîchement revernis ainsi que celui du poste de barre. Notre Otter reprend donc du service avec une garde-robe partiellement renouvelée, voire réparée (yankee et trinquette).

La vie à Monkey Bay Marina était agréable, entourés que nous étions de gens issus de tous les coins du monde. Il y avait des Américains, des Canadiens, des Russes, des Polonais, des Australiens, des Belges, des Allemands, des Anglais, des Suisses,… et des singes hurleurs qui détestent la pluie et le manifestent bruyamment à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Au moment du départ, seuls les singes étaient absents pour un au revoir dignes des grands départs de transats. Tout ce monde sur le pont pour nous larguer les amarres et nous souhaiter bon vent, nous laissant ainsi un petit sentiment de tristesse de les quitter. Ce sentiment disparaîtra très vite, remplacé par le plaisir des yeux au cours de la descente du Rio Dulce ayant creusé pendant des millénaires son cours dans la jungle… Après les formalités de sortie expédiées grâce aux compétences administratives et relationnelles de Marjo, nous avons pris contact avec Hector afin qu’il nous aide à franchir la barre ce qui fut fait « just in time » en vrai professionnel. Remarquons cependant que cette fois-ci, le Hector a dû nous tirer franchement à la gîte, notre pavois étant complétement sous eau ! La marée était certes haute au moment de notre passage mais les coefficients étant ce qu’ils sont, nous avions moins d’eau sous la quille que lors de notre arrivée…

Nous voulions naviguer. Nous en avions besoin ! Nous savions que nous allions devoir nous battre contre les alizés et c’est ce qui s’est passé. Dès les voiles envoyées, le ton était donné : alizé de ENE 15-17 nœuds. Le premier ris est donc pris, la trinquette bordée à plat et le yankee complétement déroulé, nous prenons le pouls de l’océan que l’on retrouve caribéen, tel que nous le connaissons : mer hachée, creux bien prononcés, petites lames perverses qui surprennent par leurs surprenantes directions. Le temps est beau. Le soleil habille l’océan de petites crêtes blanches qui en font tout le charme. Le windpilot installé, l’Otter II se cale sur son meilleur cap au près qui varie entre 45 et 55° du vent apparent. Il prend la mesure du temps et file ses 5-6 nœuds. Je n’y toucherai que pour les changements de bord et, des bords, nous allons en tirer un certain nombre pour « remonter » vers le N, ces bords nous emmenant jusqu’à approcher Roatan (île du Honduras) ce qui montre bien qu’une victoire n’arrive jamais tout d’un coup ! D’abord gagner de l’E. De là, c’est un très long bord tribord amures[2] qui nous fait gagner en latitude en taillant notre route vers le N, notre compas fleuretant avec le O° pendant toute cette remontée. Au soir de la troisième journée en mer, nous approchions de la barrière de corail qui protège la côte du Mexique et décidons d’y faire relâche et d’y refaire le plein d’énergie. Nous pourrons ainsi nous retremper au propre et au figuré dans ce « farniente[3] » dont, depuis plus de huit mois, nous avions perdu l’habitude. Le soir, l’ancre dûment crochée dans un sable coralien profond de 3,50 mètre mais de tenue médiocre, je larguai 35 mètres de chaîne nous garantissant ainsi une nuit de rêves tranquillisée par la sécurité retrouvée d’un bon abri. Aujourd’hui, snorkeling[4] et remise en ordre du bateau pour nous préparer à une nouvelle bataille contre les « trade winds[5] » afin de gagner (là est notre but) les îles Caymans (prononcer k i mons comme me le rappelle chaque fois Marjo !).

 

Jeudi 16 février 2017 alors que le soleil vient juste de se lever…

 trace->Caymans.jpg

Je reprends le clavier alors que nous avons quitté le Cayo Norte depuis plus de 48 heures. Le vent de NE est passé franchement E testant le SE par moment. Cela confirme la météo qui donne des vents de SE virant au NW en fin de prévisions. Tribord amures, l’Otter II a fait route au près grignotant de l’E ainsi que de la latitude, le vent adonnant[6] lentement mais sûrement.

Avant-hier en fin de journée, Marjo (qui pense toujours à nos estomacs) me suggère de jeter une ligne de traîne au cas où. Moi aussi j’ai remarqué de nombreuses chasses de dorades coryphènes aussi appelées ici maï-maï. Ces dorades qui font le délice des grandes traversées, ne manquent jamais d’attirer la convoitise de mon cordon bleu de capitaine[7]. Celle-ci, intriguée par les récits de pêches fabuleuses contés par nos amis de Betty Boop qui ont solutionné le coût exorbitant des leurres en récupérant leurs vieux tubes de dentifrice - d’après eux, ces leurres bon marché font, après un simple petit bricolage, une folie dans l’eau ! A l’heure où j’écris ces lignes et pour confirmer l’efficacité de ces leurres bon marché, Les deux magnifiques filets prélevés par Marjo sur notre belle prise, sont déjà inscrits dans les bons souvenirs de cette traversée…

Ajourd’hui, le front froid se met doucement en place en mettant le vent en congé afin de tourner à son aise vers le SW, la rotation ne pouvant aboutir qu’aux prévisions de vents de NW plus soutenus. Bref, le vent a pris des vacances et c’est grâce à la brise Yanmar[8] que nous progressons cette fois en route directe sur les Cayman. Il nous reste 130 MN à courir pour arriver à destination, le temps de constater avec plaisir que l’électronique embarquée GARMIN est bien configurée et fonctionne de mieux en mieux au fur et à mesure que nous faisons connaissance. Que ce soit sous voiles ou au moteur, le pilote fonctionne parfaitement et le plaisir d’avoir la carte devant la barre est un must dont nous nous sommes certes passé pendant des années mais qui reste un confort assez exceptionnel ? Et, cerise sur le gâteau, Marjo découvre avec bonheur que son iPad peut servir de répétiteur et lui donner en Wifi toutes informations utiles sur la marche du bateau.

Après une nuit lunaire, la lune décroissant sous le regard attentif et particulièrement scintillant de Vénus, le soleil s’est levé sur un océan étalé par l’absence de vent mais quelque peu perturbé par un système nuageux omniprésent sur l’horizon, témoin du changement de régime de vents annoncé. Pendant ce temps, l’Otter fait route tranquillement, moteur calé sur 1800 tours /minute, légèrement en appui sur sa hanche bâbord poussé qu’il est par la petite brise de SW qui vient le stabiliser. Marjo dort. Il est 08h20 et je m’en vais préparer le thé pour bien commencer la journée.

La suite et fin probablement au mouillage dans les Caymans.

 

[1] Lazybag : sorte de sac tenu ouvert pour recevoir la grand voile en position basse évitant ainsi de devoir la ferler (la serrer à l’aide de bouts prévus à cet effet).

[2] Le vent venant frapper les voiles en passant en premier par le bord tribord.

[3] mot particulièrement prisé dans ses récits par notre moniteur de plongée préféré, tourdumondiste à bord de SAS3.

[4] natation découverte avec palmes, masque et tuba.

[5] Nom anglais de l’alizé.

[6] Adonner : terme de marine désignant une modification de direction du vent qui permet d’ouvrir les voiles , le contraire de “refuser” qui oblige le voilier à serrer le vent plus près en bordant les voiles, voire à virer de bord.

[7] Et oui, je me dois de rendre officielle ici ma décision de mise à la retraite en tant que capitaine de l’Otter II. Place à la jeunesse ! Place à la compétence ! Et sur les papiers officiels anglophones j’ai ma petite compensation, captain et crew commençant par la même lettre !!!

[8] C’est la marque de notre moteur.