Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2015

L'Hermione à quai et départ

https://www.dropbox.com/s/58gnypv7txrqmn3/L%27Hermione%20%C3%A0%20quai%20et%20d%C3%A9part.mp4?dl=0

 

26/05/2015

Arrivée de l'Hermione aux Bermudes

https://www.dropbox.com/s/bx8irnv8a6mxoua/L%27Hermione%20...

 

22/05/2015

la salade liégeoise à la mode des Bermudes

 

Ce soir, après une longue ballade de découverte de l’île, d’abord en autobus puis retour en ferry, nous revenons fourbus à bord et organisons l’apéritif avec l’excuse de goûter la différence entre deux petits flacons de rhum « Black Seal » que nous avons achetés afin d’effectuer un choix de cadeaux à rapporter en Belgique. Comme nous avons dîné à Hamilton (capitale de l’île) d’un rapide petit en-cas, je ne m’attends pas à un repas chaud au souper et je me fais à l’idée que les amuse-bouche suffiront à nous caler l’estomac pour la nuit. Cela était sans compter que Marjo, le jour de notre arrivée au mouillage, avait acheté à des locaux assez bien de légumes divers dont, entre autres pommes de terre et oignons rouges, des haricots dont la couleur pourpre était assez étonnante. Comme il est interdit d’importer des légumes aux Bermudes, c’est bien entendu avec joie que Marjo s’était précipitée pour réassortir son frigo. Ce soir, elle se demandait – sans m’en parler bien entendu – ce qu’elle allait bien pouvoir cuisiner en pensant bien-sûr à ces fameux haricots bermudiens. Tout en partageant la dégustation des rhums, soit-dit en passant, délicieux, Marjo s’activait à nettoyer les haricots et je pensais qu’elle faisait une avance pour la cuisine du lendemain. Que nenni ! Elle avait prémédité une salade liégeoise sans lardons mais avec des oignons (pourpres), des pommes de terre (pourpres) et… un confit de canard en remplacement des lardons absents. Elle s’éclipsa discrètement pour la cuisson et revint avec l’invention du jour : « la salade liégeoise à la mode des Bermudes ». Si je dédie ce petit récit de vie à ce plat, vous vous doutez déjà qu'il fut un festival de saveurs que la graisse de canard sublima. Merci Marjo pour ce morceau d’architecture culinaire qui m’a laissé dans l’état de jubilation digestive où vous me trouvez en train de rédiger le récit d'un savoureux moment… (voir bientôt la recette dans secrets de ma coquerie)