Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2015

Départ

 

Le dernier filin glisse aux écubiers de fer :

 

Le navire frémit. On part. Frisson de joie.

Devant l’immensité, l’âme libre s’éploie

Et d’un vol triomphal domine le plein air

 

Posséder d’un regard et le ciel et la mer !

Extase ensoleillée où mon être se noie !

La brise claque ainsi qu’un étendard de soie.

La côte au loin n’est plus qu’un croissant d’argent clair.

 

Elle a pris fin, la vie où le contact de l’homme

Me faisait oublier la grandeur d’être seul.

La mort des vains désirs brusquement se consomme.

 

L’ennui ne me ceint plus de son morne linceul ;

Tout l’inconnu m’enivre, et soudain, dans ma tête,

L’espoir fait éclater ses fanfares de fête. »

 

                                    Alfred Droin

02/05/2015

poème de Machado (traduit de l'espagnol)

extrait de "Proverbios y cantares"


Tout passe et tout reste
Mais notre destin est de passer
Passer en faisant des chemins
Des chemins sur la mer

 

Voyageur, ce sont tes empreintes
Le chemin, et rien de plus
Voyageur, il n'y a pas de chemin,
On fait le chemin en marchant

 

Et lorsque l'on regarde derrière
On voit le sentier que plus jamais
On ne foulera de nouveau
Voyageur, il n'y a pas de chemin,
Seulement, un sillage dans la mer...

 

14:19 Écrit par Otter2 dans Un peu de poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/05/2015

Il meure lentement...

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux!

Pablo Neruda