Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Ce dimanche 22 décembre 2013 (Anniversaire de mon fils Julien)

Ce dimanche 22 décembre 2013 (Anniversaire de mon fils Julien)

 

Aujourd’hui, je me suis réveillé couché dans une couchette horizontale tant dans le plan antéro postérieur que dans le plan transversal ! Quel bonheur me dis-je ! Mais où suis-je ? En mer ? Ce n’est pas possible ! Tout est si calme. Ah oui, je me souviens, maintenant, nous sommes à Culebra, dans ce fabuleux mouillage de Culebra que nous avons atteint hier dans la nuit comme la Terre promise pour les Hébreux. Quelle traversée ! Cinq jours de près contre un alizé soutenu qui n’est jamais descendu sous les 15 Beaufort et est resté pour ainsi dire tout le temps au-dessu des 6Beaufort avec des pontes à 8 (On a plusieurs fois vu notre anémomètre fleureter avec les 35 nœuds !

Mais revenons au jour de notre départ des Roquès. Nous y étions si bien aux Roquès ! Nous avions revu notre vieil ami Martin (voir la saison passée : les tortues de Dos Mosquises) et nous avions de nouveau sympathisé en lui offrant sur clé USB le film tourné avec le jeune vétérinaire Luis. Nous avons aussi eu le grand plaisir de revoir nos amies les tortues (du moins ce qu’il en restait après toutes les remises à l’eau parrainées pendant notre retour en Europe). Comme elles ont grandi ! Et embelli également…

Bref, nous étions bien dans ce mouillage de rêve quand Martin et son copain Tchiche nous envoient des sifflets intempestifs avec des grands signes nous invitant à venir prendre possession d’une information qui, d’après leur insistance, nous sembla importante. J’étais en combinaison de plongée, bouteilles sur le dos, près à nettoyer notre demi-coque bâbord. Devant l’insistance de nos amis, je me déséquipe et, avec Marjo, nous sautons dans l’annexe et allons aux nouvelles. Ils nous annoncent qu’ils viennent d’apprendre que les coastguards, qui avaient briller par leur absence depuis notre arrivée, allaient arriver dans une paire d’heures et que pour éviter le payement d’une grosse taxe de séjour dans le parc national, nous avions intérêt à nous sauver bien vite !!!

Après nous être salués avec beaucoup de fraternité, nous avons plié bagages en un temps record. Je crois qu’on a mis moins d’une heure pour replier le Zodiac, ranger le moteur et préparer le bateau à une traversée devant durer un minimum de quatre jours. Record battu, nous faisions route alors que les coastguards n’étaient toujours pas arrivés. Bien que nous attendions une météo plus acceptable qui tardait à arriver, nous savions que les conditions ne seraient pas idéales mais qu’elles seraient, disons, acceptables. Et la traversée commença, le vent montant rapidement au-dessus des 20 nœuds. Le deuxième jour, pendant la nuit, nous entendons un grand clac qui me fait me demander ce qui s’est passé. Nous étions à l’intérieur et ne nous doutions absolument pas de ce qui s’était passé. Inquiet, je sors donc dans le cockpit et me rends immédiatement compte que la bosse du premier ris qui était pris compte tenu de la force du vent avait cassé. Littéralement explosée ! Voir cela permet de se rendre compte des forces terribles que subit le matériel dans ces conditions de vent soutenu. Je décide donc de prendre le deuxième ris en me disant que, dans le fond, j’aurais peut-être déjà dû le prendre avant. On ne se refait pas ! Quand on traverse, contrairement à Marjo pour qui les traversées sont toujours trop courtes, j’ai toujours envie d’arriver le plus vite possible ! Le reste de la traversée a été à la hauteur de cette prise de deuxième ris car, à aucun moment, nous n’avons regretté la rupture et donc l’impossibilité d’utiliser le premier ris sans réparer. En atterrissant, notre yankee complétement enroulé et donc sous grand voile ainsi arisée et trinquette seule, nous filions 7 nœuds à 50° du vent apparent ce qui donne une idée du confort régnant dans le bateau qui affrontait des lames de 2,50m, 3 mètres d’amplitude très courtes comme on a l’habitude d’en rencontrer dans la mer Caraïbe.

Nous arrivons donc en vue des bouées d’atterrissage balisant le chenal d’accès à l’Ensenada Honda, mouillage que nous avions tant apprécié en partie avec nos enfants la saison passée. Embouquer un chenal d’accès par nuit noire (la lune décroissante venait juste de se lever et n’éclairait pas encore suffisamment pour améliorer la visibilité) est toujours une source de stress qui nous mobilise tous les deux à 200%.  Marjo à la barre gère l’arrivée aux waypoints corrigeant le pilote automatique quand celui-ci tarde à réagir et moi, je repère les balises rouges (laissées à tribord ici alors que c’est le contraire en Europe) et les vertes à bâbord. Certaines sont éclairées, d’autres n’apparaissent que lorsqu’elles sont illuminées. C’est là que j’interviens les éclairant avec un gros phare après les avoir repérées sur la carte. Cela permet à Marjo de lever chaque fois le doute de savoir si notre position est bien conforme à notre route. Et là, on sait maintenant que nous formons une formidable équipe car c’est ainsi que notre Otter parvint sans encombres, en slalomant entre les différents bateaux que l’on distingue bien grâce à leur feu de mouillage (feu fixe blanc 360°), à l’endroit choisi par Marjo pour mouiller l’ancre. Il y a déjà quelques mois que j’ai renoncé à y mettre mon grain de sel. C’est elle qui est à la barre, c’est elle qui décide !

Le bateau bien immobilisé, la tenue de l’ancre vérifiée par une bonne marche arrière, il était minuit lorsque nous nous sommes retrouvés dans le carré, devant un bon verre de rhum, contents d’être arrivés et, disons-le quand même, fiers de cette belle entrée de nuit dans un mouillage d’accès quand même assez compliqué.

Après une bonne nuit de sommeil, ce matin, nous avons rempli nos obligations à l’immigration. Et là, je ne résiste pas à l’envie de vous en conter les péripéties. Il faut savoir que pour ces tracasseries administratives, c’est ma polyglotte de femme qui s’occupe de tout. Moi, je reste en retrait et me contente de signer en tant que capitaine. Mais aujourd’hui, le « customer officer » s’étant fait attendre sans qu’il en soit responsable (les nouvelles dispositions administratives que nous ignorions imposent aux immigrants temporaires que nous sommes de nous annoncer par téléphone à un numéro certes gratuit mais que nous sommes censés connaître – je me demande bien par quel biais, ce n° n’étant pas identique pour tous les ports d’entrée américains). Bref, nous attendions la venue du « customer officer » depuis une bonne heure quand celui-ci arrive. Je me lève et lui dis : « good afternoon Sir. We are waiting for you » ce qu’il n’a pas apprécié dixit Marjo qui préfère toujours que je reste discret. Bref, le douanier comprend très vite à mon piètre anglais que c’est avec Marjo qu’il va pouvoir discuter et nous emmène dans son bureau. Là, il compose le n° sur son portable et le passe à Marjo. Un préposé demande (en anglais of course) à Marjo si le capitaine parle anglais . Et devinez ce que Marjo lui a répondu… Elle a dit : « Yes, he can but he don’t hear very well ! » Ah, cette Marjo, comme elle sait si facilement me sortir de situations difficiles. Voilà que maintenant, en plus d’être muet (discret), je suis sourd !!!

 (à suivre)

Ce mercredi 4 décembre 2013 à Barlovento (Avès – Vénézuéla)

Ce mercredi 4 décembre 2013 à Barlovento (Avès – Vénézuéla)

 

Mouillés devant la plage de Isla Oeste par un vent constant de 15 à 25 nœuds d’ESE, nous sommes seuls. Pas un bateau ne partage Barlovento avec nous. Nous sommes seuls au monde et savons que les coast guards, étant venus hier, ne repasseront pas avant probablement une semaine.  Sans un voilier visiteur, l’archipel est à nous et seulement à nous ! Le soleil brille de tous ses feux et nous savourons, sous cet alizé soutenu qui soulève la mer en petites lames courtes,  le doux dandinement de l’Otter qui tire sur son ancre, profondément enfouie dans du sable blanc d’excellente tenue. Les jours prochains,  le vent tournera plus franchement à l’ENE, voire au NE ce qui devrait encore améliorer le confort à bord. Pour l’instant, l’éolienne produit beaucoup d’électricité ce qui arrange bien nos batteries qui ne demandaient pas mieux de refaire le plein d’énergie.

Autour de nous, il n’y a que de jolis paysages. Tout d’abord la plage de sable blanc. Sauvage. On y distingue du bois flotté mais aussi des épaves diverses, témoins de l’activité irresponsable de l’homme. Quelques bouteilles en plastiques, boîtes de conserve et autres joyeusetés de la « civilisation ».  Marjo et moi nous sommes dits que nous dépolluerions bien cette jolie grève en rassemblant toutes ces épaves en un grand « cimetière » et ce, afin de marquer notre passage et ainsi montrer aux pêcheurs locaux notre respect pour leur environnement et notre souci de poursuivre ainsi, au cours de notre voyage, la construction jamais achevée du temple de l’humanité, emmenant ainsi au bout du monde la part de civilisation responsable qui nous est chère.

A l’O, jouxtant la plage, la mangrove qui se prolonge, derrière la plage, par une vaste étendue plane couverte d’herbes marines où nichent des fou de Bassan qu’on ne sait pas encore s’ils sont à pattes bleues ou rouges ou jaunes. Peut-être le verra-t-on quand nous aurons débarqué, encore qu’il ne soit pas dans nos intentions d’aller les déranger.

A l’E, une ruine de cabane en bois flottés semble monter la garde de « notre » île. Elle témoigne de l’activité épisodique de pêcheurs qui viennent y passer la nuit. A côté de ce qui reste donc d’une improbable cabane, une petite tente igloo semble témoigner de cette présence humaine un peu plus collée à la réalité. Qui sait ? Peut-être sera-t-elle visitée un de ces jours et nous donnera l’occasion de rencontrer ces pêcheurs que nous connaissons un peu pour les avoir rencontrés l’an passé alors qu’ils venaient nous demander si nous avions de l’eau car ils avaient soif !!! Et oui, la pauvreté prend ici cette forme d’échange. De l’eau, des sodas, des piles, du fil à coudre contre du poisson.

Au SE, le regard se perd dans le fond de l’archipel où nous avions mouillé l’an passé et qui comporte un phare. C’est là que nous avions déposé une trace de notre passage avec SAS3 et PAGUS. Peut-être y retournerons-nous en pèlerinage avant de prendre la direction des Roquès. Est-ce cet environnement qui est propice à la réflexion personnelle ? Je ne le sais pas. Je sens juste que notre vie, ici, prend une autre dimension. Le temps n’est plus le même. Il n’est plus celui du cadran de nos montres ; il est celui de la course du soleil. Il est celui de notre horloge biologique. Il est celui du bonheur de savourer le présent, d’en savourer toutes les saveurs, toutes les odeurs, tous les sons, jusqu’aux mouvements du bateau qui participent à cette agréable impression de légèreté.

Dans cet état d’esprit, j’ai repris, pour la première fois la troisième lecture d’un livre. C’est une première ! Il s’agit du merveilleux livre de Hervé Hamon « Besoin de mer » publié chez Seuil. Cela ne m’était encore jamais arrivé car relire un livre, alors qu’il y a encore tant et tant de bouquins non encore lus, relevait pour moi d’un certain gaspillage de temps. C’était oublier le plaisir de retrouver des images mentales, des réflexions, des émotions nouvelles à chaque lecture car ressenties à différents moments de la vie. C’était aussi oublier la disponibilité intellectuelle dans laquelle nous plonge cet environnement enchanteur. O temps, suspends ton vol, déclamait Baudelaire. Ici, j’ai vraiment l’impression que les cinq mots  de ce magnifique ver prennent tout leur sens…

 

(à suivre)

Ce dimanche 1 décembre 2013

Ce dimanche 1 décembre 2013 (rapport de terre/mer n° III.1)

 

Après une dernière soirée à Bonaire toute ponctuée de la joie de faire la fête des autochtones pour qui la St Nicolas a été le prétexte, pendant toute la semaine, à des réjouissances inégalées en Belgique, nous avons savouré notre première nuit dans le silence de Sotovento (Los Avès). Après une traversée comme prévu sous voile arisée et moteur, une petite brise de 2-3 Beaufort  nous venant en plein dans le nez, nous avons mouillé notre ancre sous le vent du phare de Sotovento. Quel plaisir de mouiller à l’aide de notre nouveau guindeau ! Et quel beau mouillage ! Notre ancre s’est plantée dans du sable de corail à 5 mètres de profondeur. J’ai pu la suivre durant toute sa descente dans cette eau turquoise et cristalline et le petit nuage de sable soulevé à son arrivée, c’est magique. Que du bonheur… La suite va s’avérer à la hauteur de cette mise en bouche. Il y a déjà la perspective gastronomique de déguster le barracuda pêché à la traîne pendant la traversée ! Au moment où j’écris ces ligne, je pourrais ajouter comme certains le font sur Facebook : « ça, c’est fait ! ». En effet, ce midi, Nous nous en sommes régalés et moi qui ne suis pas trop fan du poisson, je dois dire que j’ai ajouté le barracuda à la liste de mes poissons préférés. Un vrai délice ! Bravo à la cuisinière que je devrais plutôt affubler du titre de cordon bleu tant elle excelle dans l’art d’accommoder les petits plats. Cela aussi ce n’est que du bonheur !

 

Ce matin, alors que je m’étais enfin décidé à faire ma part dans l’astiquage des inoxs du bateau, j’observais avec un petit sourire l’étrange manège de Marjo qui se « bricolait » un montage de pêche assez original, dois-je le souligner. Marjo est en effet toujours cerveau droit en éveil et est capable d’innovations dépassant tout ce que je pourrais imaginer. Aussi, je ne résiste pas à l’envie de décrire ce terrible montage : un fil de pêche enroulé sur une sorte de demi-tore acheté l’an passé et jamais utilisé depuis. Une boule fluorescente que Marjo croyait être un flotteur mais qui sert en réalité à émettre un bruit d’appel pour les poissons quand il est utilisé au lancer. Ensuite, une mitraillette comportant 4 hameçons camouflés dans des petits plumeaux et, au bout, une turlutte destinée au départ à pêcher la morgate (nom des seiches en Bretagne). Au bout des hameçons, des morceaux de poissons mis de côté la veille car son coup était manifestement prémédité ! Le montage terminé et enfin prêt, Marjo s’avance vers le bord du bateau riant sous cape car ayant aperçu dans son champ visuel mon regard, si pas étonné, en tout cas incrédule quand à l’efficacité d’un montage aussi peu académique. Elle laisse filer cette espèce de dandine par-dessus bord et, à peine la turlutte arrivée au fond, elle s’écrie tout étonnée : « J’en ai déjà un ! C’est un gros, viens m’aider ! ». Je me précipite, saisis le fil et remonte, je vous le donne en mille, quatre mérous  de belle taille déjà !!! Oui, je sais, il y en a des plus gros mais enfin, quatre d’un coup ! Marjo était ravie et pour ma part, j’imagine déjà ce que cela va donner demain dans mon assiette !

 

Bon, d’accord j’arrête là la page gastronomie, question de ne pas vous donner trop envie…

 

Hier en fin de journée, j’étais en train de regonfler l’annexe qui tire ses dernières cartouches (l’achat d’une nouvelle est maintenant devenu incontournable tant notre bon vieux zodiac souffre du poids des ans ainsi que de l’impitoyable action destructrice des UVs ; en attendant ST Martin, je gonfle et je regonfle et Marjo m’encourage en me disant que cela me fait des épaules magnifiques, hum, hum, hum…). Hier donc, je regarde par dessus le bord car mon attention est attirée par un remue-ménage de surface. En début de soirée, quand les prédateurs passent à table, il n’est pas rare d’assister à de véritables courses poursuites sous-marines, les chasseurs fonçant à travers les bancs de plus petits. Mais là, c’était différent. J’entendais une sorte de frétillement de surface, très léger. Curieux, je me penche et découvre une énorme masse sombre de forme changeante et animée de mouvements très rapides mais semblant aléatoires. Il s’agissait d’une multitude de petits poissons de couleur sombre animés de mouvements complétement synchronisés dont l’ensemble m’a fait penser à la devise de la Belgique : « L’union fait la force ». Ensemble, ces petits poissons se jouent probablement des plus gros en les impressionnant par leur taille. Ensemble, ils construisent une sorte de leurre comportemental pour se protéger des prédateurs mais cette évidence n’explique pas comment, sans gps, ces poissons semblent avoir une  sorte de pensée unique. C’est absolument magique de constater la précision de ces mouvements d’ensemble. J’étais fasciné et ai bien-sûr partagé ce bon moment en appelant Marjo qui, elle aussi, fut sous le charme de cette inattendue rencontre.

 

(à suivre)