Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2020

Atterrissage en Nouvelle Zélande...

Après une nuit de rosée qui a déposé sa fraîche humidité sur tout le bateau au-dessus comme au-dessous de la toile de protection du cockpit, j’ai entraperçu Manawatawhi, petite île aux avant-poste de la Nouvelle Zélande, notre destination. Et là, après huit jours de vie commune avec l’océan, les yeux larmoyants de bonheur, mes pensées se bousculent, se télescopent dans mon cerveau secoué par l’émotion. Depuis hier, le vent nous a abandonné. La peau de l’océan est tout juste ridée un peu comme la peau d’une jolie femme prenant de l’âge. L’océan respire. De très longues ondes à peine visibles viennent à la rencontre de notre étrave que celle-ci incise comme le scalpel d’un chirurgien. Son haleine condensée par le froid du matin se dépose sur l’horizon comme une couette immaculée. Le ciel est illuminé derrière sa couverture nuageuse qui le protège encore un peu des brûlures du soleil qui s’attaque à ses couches supérieures pour dissiper la rosée matinale. Celle-ci s’accroche  désespérément à tout ce qu’elle trouve pour se retenir se déposant comme une multitudes de perles sur toutes les parties,métalliques du bord. La lumière est fantastique. Matawatawhi ne veut pas encore se réveiller. Elle a retiré sur elle la blancheur de sa couette dans laquelle elle s’est noyée, prolongeant avec volupté sa sérénité nocturne.  Une grasse matinée, pourquoi pas ? Semble-t’elle dire. Et elle a disparu, enveloppée dans son brouillard. Encore un peu implore-t’elle. Encore un peu ... Et moi, je reste là, muet de reconnaissance, à contempler l’océan avec le regard attendri de l’amant admirant au petit matin la peau nue de son amoureuse encore endormie. Perdu dans mes pensées, je réalise combien l’océan m’a apprivoisé, durant toutes ces années qui ont été comme des fiançailles, en me faisant accepter ses sautes d’humeur, ses langueurs, ses caprices, ses colères. Aujourd’hui il est teinté de gris. Hier il était bleu. De ce bleu intense qui a ma préférence dans le spectre de l’arc-en-ciel. Emeraude, il surprend. Comme une femme élégante, il choisit ses couleurs en fonction de l’humeur du jour. Je l’ai déjà vu rubis au coucher du soleil. Dans le fond, c’est le soleil qui est son esthéticien attitré le maquillant et le remaquillant selon son inspiration. Ce matin est comme une déclaration d’amour réciproque de vieux mariés reconnaissant les bons moments vécus ensemble et oubliant tous les autres. Ce matin, au sommet de ma béatitude, j’en ai oublié, pour un moment pur comme un diamant, mes préoccupations familiales.

Commentaires

Quel poète !
Bien le bonjour des confinés

Écrit par : JAMMY | 02/04/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.