Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2019

Fascinante île de Pâques

Fascinante île de Pâques

 

Découvrir le monde à bord d’un voilier comporte des contraintes dont certaines sont telles qu’elles constituent un véritable frein à la découverte. Le plus souvent, il s’agit de la sécurité du bateau, voire de l’équipage. C’est ce qui nous a obligés, l’an passé, alors que, partis d’Equateur, nous naviguions depuis une petite trentaine de jours vers l’île de Pâques, à infléchir notre route vers Pitcairn et l’archipel des Gambier. La météo que nous réceptionnions par satellite (sytème Iridium), nous annonçait des vents de plus de 50 nœuds à l’atterrissage ! Nous savions que les conditions de mouillage à Rapa Nui sont particulièrement délicates. L’administration chilienne exige qu’un membre au moins de l’équipage reste à bord 24h/24. Dans ces conditions et alors que nous ne sommes que deux à bord, comment profiter pleinement d’une destination aussi mythique que l’île de Pâques ? Venir y mouiller dans ces conditions relève de la seule envie de pouvoir dire : « on y est allé ! » mais nous a semblé dénué de bon sens. Nous avons donc infléchi notre route sans regrets et décidé d’y revenir en avion.

 

IMG_2634.jpg

Certes cette décision a été prise à l’encontre de notre empreinte carbone que nous nous efforçons d’être minimaliste en naviguant la majorité du temps à la voile. Nous produisons notre énergie électrique avec notre éolienne, nos panneaux solaires ainsi que notre alternateur d’arbre d’hélice qui tourne presque en permanence lorsque nous naviguons. J’insiste sur ce point qui nous tient à cœur, ma femme et moi : « changer nos habitudes en diminuant drastiquement notre participation à l’écocide en marche ». A l’heure où j’écris ces lignes, notre jeunesse ne se mobilise-t-elle pas à juste titre pour le climat en défilant dans les rues de Bruxelles sous des slogans tels que : « La Terre, vous la voulez bleue ou bien cuite ? ». Notre part du colibri, nous y tenons comme à la prunelle de nos yeux, espérant ainsi par notre exemple, encourager notre belle jeunesse à se bouger. Force est de constater que nous laissons un lourd héritage à nos enfants. Notre Terre se meurt, ce qui nous ramène à Rapa Nui dont nous découvrons, jour de visite après jour de visite, l’incroyable histoire, histoire qui peut nous servir d’exemple pour réfléchir à la nôtre… Surpopulation, guerres tribales, désertification de l’île, saccage culturel,… J’y reviendrai.

 

IMG_2354.JPG

Profitant de conditions anticycloniques lors de notre atterrissage, nous découvrons une île tout-à-fait perdue dans l’immensité océane. Contrairement aux autres îles polynésiennes visitées tant par mer que par air lors de notre aller-retour en Europe, Rapa Nui est toute seule ! L’avion descend vers elle comme un cadeau à notre patience ainsi récompensée. On remarque immédiatement et malgré les excellentes conditions atmosphériques, la longue houle océane qui vient briser sur ses côtes. La perte progressive d’altitude procède comme une mise au point sur ces brisants d’une sauvage blancheur jusqu’à presqu’en apercevoir les éclaboussures alors que l’avion s’apprête à embrasser le tarmac. L’île est assez déboisée et peu construite. L’avion se pose. On débarque. Une odeur particulière qui me rappelle l’île bretonne de Houat – c’est une sorte d’herbe grasse à fleurs persistantes qui recouvre une bonne partie de l’île en l’embaumant d’un délicat parfum - titille mes narines. L’air est pur et nos poumons respirent enfin ! Après l’épreuve européenne principalement vécue en milieu citadin, c’est comme une caresse. L’alizé nous accueille…

 

Après les formalités administratives égales à la réputation chilienne qui aime les cachets, les triples exemplaires, les contrôles surtout sanitaires, on se retrouvera  délestés d’un petit paquet de bananes séchées achetées à Tahiti ! Fort heureusement, Marjo l’avait déclaré ainsi que notre provision de thé dont nous nous séparons difficilement. Celui-ci ne nous fut donc pas confisqué, bien les bananes !... Une petite heure de formalité et l’île était à nous.

 

Les gens sont sympathiques. Ici, on parle rapanui ou espagnol. L’histoire de l’île nous apprendra que le néerlandais, l’anglais ou le français aurait tout aussi bien pu s’y imposer ! C’est l’histoire de l’île qui aura le dernier mot imposé par le Chili.

 

Moaï1.JPG

L’île de Pâques est une île volcanique dont l’origine est un point chaud sous la plaque tectonique de Nazca (Nazca dont je me souviens avoir survolé, au Pérou, les mystérieuses lignes). L’île de Pâques est le point culminant d’une cordillère sous-marine très étendue. Tous les volcans sont éteints. Il y en a trois principaux et une centaine de plus petits cônes qui donnent à l’île son relief ondulé.

 

Colonisée par de hardis navigateurs polynésiens entre 600 et 900 de notre ère, les recherches les plus crédibles attribuent aux îles Gambier le point de départ possible de cette colonisation sans toutefois écarter l’hypothèse marquisienne (liens culturels très forts entre les deux populations).

Ayant navigué dans ces eaux avec GPS et toutes les aides actuelles à la navigation, un immense respect m’est inspiré par ces migrants dont on peut parier qu’une seule partie d’entre eux parvint sains et sauf jusqu’à Rapa Nui. Combien d’entre eux n’ont-ils pas péri en mer ? Tous les migrants ne sont-ils pas livrés à la même enseigne, celle des aléas imposés par le hasard et la chance…

 

L’île sur laquelle ces intrépides navigateurs ont débarqué avec armes et bagages devait ressembler à un Eden. L’île devait être couverte de cocotiers et plantes comestibles. Oiseaux et poissons à profusion ainsi que les quelques animaux importés permirent aux nouveaux arrivants de développer une belle croissance démographique. Cet essor va entraîner des changements irréversibles.

Je ne peux m’empêcher de comparer tout ce que j’apprends de l’histoire de cette île à celle de notre planète bleue qui est de plus en plus étouffée par sa surpopulation. Rapa Nui ne serait-elle pas une sorte de mise en garde de ce qui s’accélère à l’échelle de notre grand village ?

 

C’est le 5 avril 1722 que la « civilisation » rencontra cette île merveilleuse où, aux dires de celui qui la découvrit Jacob Roggeveen, les insulaires étaient peu accueillants. Mais l’avait-il seulement découverte cette perle du Pacifique Sud ? Il n’avait débarqué qu’une seule journée tant vents forts et houle l’en empêchèrent. Mais le mal était fait. Il se solda par la mort de douze natifs ! Une semaine à l’ancre pour une journée à terre !... On peut dire que ce capitaine néerlandais n’avait pas fait dans la dentelle.

 

Les natifs eurent 50 ans pour pleurer leurs morts et construire de terrifiantes légendes à propos de ces étranges personnes qui tuaient avec des bâtons d’où sortait le feu. L’équipage de Fernando Gonzalès de Haedo remit une couche en tirant une salve de 21 coups de canons. Venus en 1770 depuis le Pérou avec pour objectif officiel de réclamer cette terre pour l’Espagne, ils ne s’attardèrent pas plus d’une semaine et s’en allèrent pour ne plus jamais revenir. Il faut croire qu’ici encore, comme aujourd’hui, il ne faisait pas bon s’attarder au mouillage !

 

N’empêche, le mal était fait. Il faut croire que l’arrivée de ces extra-insulaires terrifiants ont mis à mal l’équilibre social des Rapa Nui car, quatre ans plus tard, quand Cook arriva avec un équipage décimé par 100 jours de traversée, il ne trouva pas sur l’île de quoi refaire une santé à son équipage. Durant les quatre années séparant la visite des espagnols et celle des anglais, bien des évènements ont dû se produire qui mirent à mal les conditions de vie des insulaires que Cook trouva dans un état si déplorable que, très malade et après seulement quatre jours de ce constat, il cingla vers Tahiti, plus hospitalière.

 

Mais que s’est-il passé pendant ce court laps de temps ? Personne ne peut aujourd’hui le savoir. Des luttes intestines entre insulaires sont avancées sans certitude cependant. Le constat le plus affligeant fut le saccage des statues décrites dressées par les espagnols et même peintes de manière fort déformée par l’artiste qui illustra le passage de Cook dans une aquarelle de l’expédition. Les moaï y sont représentés très filiformes et tournés vers la mer ce qui est contraire à la réalité.

 

Récemment, une autre hypothèse rencontre mieux ma suspicion. En effet, au vu de la fragilité du « tuf » dont sont constitué la grande majorité des moaï, il est fort probable que les statues trouvées couchées face contre terre n’aient pas été basculées sans ménagement sans quoi elles auraient été brisées en plusieurs morceaux. L’hypothèse que j’ai retenue est qu’elles ont été déposées ainsi par les insulaires. La raison ? Des pétroglyphes trouvés excellemment conservés dans une grotte récemment découverte montrent une dévotion nouvelle aux dieux polynésiens

 

L’hypothèse d’une grande famine a aussi été écartée, les rapanui ayant trouvé une technique de culture consistant à répandre des pierres volcaniques sur tout le territoire, pierres qui conservaient la rosée nocturne et servaient ainsi à enrayer l’érosion de l’île initiée par la déforestation. Celle-ci était la conséquence de l’utilisation du bois pour se chauffer, cuisiner ainsi que pour le transport des moaï. Il est en effet admis actuellement que la technique de glissade sur radeaux de bois fut celle utilisée à contrario de celle (américaine et expérimentée sur terrain horizontal et plat !) qui prétend que c’est en les faisant « marcher » que les rapanui les ont déplacés.

 

L’idée que les insulaires, conscients de la raréfaction des ressources étaient déjà en mode de survie lorsque les anglais sont passés, n’est pas à écarter. Pourquoi ne pas ouvrir ici une parenthèse sur l’époque actuelle qui voit, partout dans le monde comme en Afrique, en Océanie, en Amazonie, l’homme s’attaquer aveuglément à ses forêts. L’exemple du déclin de l’île de Pâques ne devrait-il pas

le contraindre à la raison ? Utopie, le dieu argent est arrivé qui chasse toute velléité de raison !

 

Ceci dit, il reste à rappeler l’horrible réalité historique qui a vu dès 1862, les péruviens dont le gouvernement venait d’abolir l’esclavage, réaliser l’avantage d’utiliser pour leur agriculture une main d’oeuvre polynésienne solide et, qui plus est, n’était sous la protection d’aucun autre pays. « Au cours d’une série d’incursions dans l’île, environ 1500 Rapanui, dont beaucoup de chefs et de sages qui avaient encore la science des signes inscrits sur les tablettes rongo-rongo, furent capturés et déportés de force. » Seulement 15 d’entre eux survécurent à ce calvaire et ramenèrent entre autres maladies sexuellement transmissibles, la variole et la lèpre. Des 12000 âmes estimées à l’apogée de la civilisation rapanui, on ne recensa en 1877 que 11 personnes !

 

Sans trop de succès, des missionnaires venus de Tahiti tentèrent d’imposer le christianisme aux survivants de ce génocide. Leur seul mérite fut d’attirer l’attention de leurs supérieurs sur la situation désastreuse de cette population qui se mourait. En 1866 une mission catholique fut établie et, grâce à elle, un grand nombre d’objets rapanui furent sauvés. A cause d’elle, de nombreuses croyances furent abandonnées y compris la compétition de l’homme-oiseau pourtant « politiquement » si intéressante. En effet, chaque année en septembre (début du printemps dans l’hémisphère sud), les différents clans choisissaient un champion parmi les jeunes de leur communauté. Celui-ci s’entraînait toute l’année en vue de la compétition. Celle-ci consistait, dès la première sterne fuligineuse aperçue, à descendre les falaises escarpées en face du Motu Nui et traverser ensuite les 2 kms qui séparent le Motu du pied de la falaise. Les champions nageaient sur une sorte de planche de surf faite de  joncs et allaient attendre dans les cavernes la ponte du premier œuf… Il fallait ensuite le ramener intact à son chef qui pouvait alors se raser la tête et les sourcils en préparation de son nouveau rôle d’homme-oiseau. La tribu du vainqueur tirait énormément d’avantages de la victoire dans la mesure où elle obtenait un meilleur accès et contrôle des ressources. L’année suivante, ces privilèges étaient remis en compétition. Cette tradition perdura jusqu’en 1866, date à laquelle les missionnaires y mirent fin aux prétexte qu’il s’agissait d’une croyance religieuse basée sur un œuf et l’existence d’un dieu créateur , Make Make. De là à faire le lien entre ce Make Make et les pétroglyphes de la fameuse grotte dont il a été question plus haut, il n’y a qu’un pas dont je n’ai pas eu écho mais qui, pourquoi pas, pourrait tenir la route !...

 

L’île de Pâques n’a décidément pas encore fini de faire parler d’elle. Des scientifiques, archéologues mais aussi ethnolologues et autres spécialistes de l’histoire travaillent partout dans le monde à décoder la véritable histoire de cette île ô combien attachante, malheureusement livrée actuellement à l’avidité du tourisme de masse. Après quatre jours de découvertes à nous couper le souffle, ma femme et moi nous posons pour digérer ce flot d’informations parfois contradictoires qui entretiennent le mystère de Rapa Nui. Nous ne pouvons que souhaiter aux insulaires survivants de cette tragique épopée, de protéger leurs vestiges avec âpreté et de s’inscrire, la démarche est lentement mise en place, dans une politique de préservation écologique qu’ils ont compris indispensable à leur survie…

note : 

« Les tablettes rongo-rongo : l’écriture rongo-rongo reste la grande énigme non résolue de l’île de Pâques. C’est une série de glyphes gravés sur des tablettes de bois qui n’ont jamais pu être déchiffrés.(…) Quelle que soit son origine, la qualité de la calligraphie, très élaborée, est indéniable. Les tablettes rongo-rongo sont écrites en boustrophédon inverse (qui se meut en tournant). Dans ce système d’écriture, le tracé change alternativement de sens, ligne après ligne, à la manière du bœuf marquant les sillons dans les champs. Pour lire les tablettes, il fallait lire la première ligne de la gauche vers la droite puis tourner la tablette de 180° et lire la seconde ligne toujours de la gauche vers la droite !...

 

 

Bibliographie :

 

Les données historiques ont été largement inspirées par l’excellent guide : « A la découverte de l’île de Pâques » de James Grant-Peterkin 2ème édition 2015. ISBN : 978-956-345-666-0. Imprimé au Chili par Grafica LOM. Les parties recopiées sont entre guillemets.

 

 

 

 

 

 

18:08 Écrit par Otter2 dans Rapport de terre/mer | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |