Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2018

Le bonheur c’est...

« Le bonheur, c’est rêver d’avoir ce que l’on possède déjà. » St Augustin.

 

Aujourd’hui, sur l’île de Taravail, nous avons fait la connaissance de Jean, mon homonyme (comme il se plaît à m’appeler). Il veille sur une magnifique église en attente d’être restaurée et qui est implantée, comme une incongruïté, sur une île où ne vivent plus actuellement que 7 personnes ! Dans le passé, une centaine d’âmes seulement vivaient ici et ont bâti cet imposant édifice. Il faut dire que le père Laval avait une poigne fer et s’est bien débrouillé pour exploiter la foi naïve des habitants des Gambiers auprès de qui il négociait main d’oeuvre et territoires contre des promesses de paradis !  Rien de nouveau sous le soleil...

Jean est mécanicien, nous avoue-t-il avec modestie. Lorsque nous lui proposons de lui faire de la publicité auprès des navigateurs de passage à Rikitéra en lui disant que ça pourrait lui rapporter un peu de sous, il répond : «  C’est une bonne idée mais ce n’est pas une question d’argent. Ce serait juste le plaisir de rendre service ! Ici, l’île me nourrit. Je n’ai pas de grands besoins. » 

 

Il y a aussi Hervé, Valérie et leur fils Ariki (=roi en mangarévien). Ils ont hérité, entre autres, d’un petit territoire qui jouxte l’église. Il a été planté au cours de toute une vie par le grand-père d’Hervé. Et Hervé, après avoir travaillé dur pendant 5 ans dans une ferme perlière pour gagner de quoi s’acheter un petit bateau et son moteur hors-bord, s’est installé ici et vit en totale autarcie. Il s’est construit une petite maison en bois qui est alimentée en électricité par panneaux solaires subsidiés par l’Etat. Il récupère l’eau de pluie... Il entretient le domaine qui est devenu au fil des ans un véritable jardin botanique, le grand-père ayant eu l’intelligence de diversifier ses plantations. C’est ainsi que l’on trouve ici plusieurs espèces d’arbres fruitiers et autres. Ici tout pousse ! Les pelouses sont entretenues et des bougainvillers de couleurs différentes sont là pour le plaisir des yeux. Des orchidées, aussi. Ce jardin botanique est une merveille. Un îlot de verdure domestiquée planté au milieu d’une jungle où tout ne demande qu’à croître et offrir de quoi subsister !

Hervé chasse la chèvre et le cochon sauvages. Il a des poules qui courent en liberté mais il connaît leurs endroits de ponte. Il récolte aussi le miel de naissains d’abeilles sauvages. Il vend une bête de temps en temps pour améliorer l’ordinaire comme acheter l’essence pour le bateau par exemple et payer le CNED (le couple a préféré ce système d’instruction pour leur fils, à la corvée de se rendre deux fois par jour dans l’île principale où se trouve l’école). Le petit Ariki semble bien dans sa peau et grandit en appréciant les visites des navigateurs de passage qui, chance, sont parfois accompagnés d’enfants. Et puis il y a tous les cousins à qui l’on rend souvent visite le w-e... Valérie réalise des compositions avec du sable d’une belle précision et les vend aux visiteurs de passage. Ils sont très attentifs à l’écologie. C’est ainsi qu’ils demandent aux navigateurs de ne pas jeter les déchets organiques à la mer et de les déposer à terre dans leur compostier. Contrairement à l’usage à Rikitéa, il a compris que les légumes qu’il fait pousser sur ses terres ont bien plus de valeurs nutritives que ceux qui viennent de Nouvelle Zélande et de Tahiti.

 

Il a encore beaucoup de terres à vendre ou mieux, à louer (baux de trois ans renouvelables avec option d’achat). Avis aux amateurs... La vie peut être belle aussi, à Taravai !... 

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.