Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2016

L'Otter II chez les Mayas

Après nous être régalés des fonds sous-marins de Cozumel au cours de quatre plongées dont deux dérivantes à nous donner le tournis tellement ça allait vite, nous nous sommes mis en route vers le Sud avec pour objectif de nous octroyer une petite halte sur l’atoll Banco Chinchorro.G1020651.jpg Distant d’une centaine de milles, nous pensions, en partant en début d’après-midi, naviguer la nuit et y jeter notre ancre le lendemain dans la matinée, voire début d’après-midi. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes à une quinzaine de miles de cet atoll qui s’est fait désirer toute la journée et a poursuivi ses caprices pendant toute la nuit ou presque. Nous nous en approchons à une vitesse moyenne sur la surface de 150 MN/jour ce qui n’est pas mal du tout ! Je connais des voiliers beaucoup plus grands qui ne font guère mieux ! Ce n’est malheureusement pas parce que notre moyenne sur la surface est bonne que nous progressons sur le fond ! Il faut compter sur le courant qui ne se limite pas à Cozumel mais persiste selon le guide de Freya Rauscher jusqu’au sud du Banco Chichorro que nous approchons lentement mais sûrement. Nous l’atteindrons fort probablement alors que le jour ne sera pas encore levé ce qui nous empêchera d’y pénétrer (Il est fortement déconseillé d’entrer de nuit dans un atoll). Après avoir profité de ce courant en plongée, celui-ci s’est retourné contre notre progression vers le sud. Si nous ne doutions pas qu’il faudrait compter avec lui, nous en avions sous-estimé la force car voilà plus de 36 heures que nous n’avons pas dépassé la vitesse sur le fond de maximum 4 nœuds. Le plus souvent même, alors que sur la surface, notre speedo grimpait à 7 nœuds, notre vitesse fond restait inexorablement basse, descendant même parfois à 2,5 nœuds !

Mais pourquoi s’en plaindre ? Le temps est magnifique. Pendant la journée, le soleil brille de tous ses feux avec seulement quelques nuages pour égayer le ciel. La nuit, alors que la lune n’est pas encore levée, la nuit nous offre de spectaculaires moments de méditation car sous de pareils cieux, comment ne pas se demander encore et encore :  « Mais qui sommes-nous ? Quelle est la raison de notre présence dans cette immensité céleste infinie ? ». Ce qui est certain, c’est que nous ne sommes pas nombreux à nous poser la question car, depuis notre départ de Cozumel, nous n’avons croisé qu’un seul « loveboat » se découpant sur l’horizon tel un gigantesque sapin de Noël. Il est vrai que si tous ses passagers regardaient le ciel en même temps que nous, cela fait déjà plus de monde ! Mais le font-ils seulement ? Nos vies sont tellement différentes…

Nous quittons donc le Mexique avec le sentiment de nous être bien imprégnés de l’esprit Maya. DSC08191.jpgD’abord en revisitant Chichen Itsa. Il y a une vingtaine d’années, nous avions découvert en famille le Yucatan au cours d’un merveilleux séjour dont tous gardent un excellent souvenir. C’est ainsi que nous avions escaladé la pyramide de Chichen Itsa avec nos enfants (cette escalade est désormais interdite !). Nous avons ensuite visité le site moins connu mais récemment découvert et ouvert au public de EK Balam dont les fresques et la pyramide nous ont fortement impressionnés. Mais au-delà de ces clichés touristiques non moins intéressants comme tels, nous avons rencontré des gens merveilleux en sortant des sentiers battus et visitant de petits villages au sein desquels vivent encore dans des cases des Mayas restés fidèles à leurs coutumes et traditions. Nous les avons vus préparer les tortillas (Marjo s’y est exercée à l’invitation des femmes ayant remarqué son intérêt)que nous avons dégustées comme eux, à la main, chargeant ces délicieuses petites crêpes des différents ingrédients composant notre plat : poisson ou viande grillée, l’éternel guacamol dont nous avons goûté la diversité des recettes (chacun préparant le sien !), la salade de tomates découpées en tout petits cubes et délicieusement assaisonnée… Nous les avons observées, ces femmes Mayas, tissant inlassablement de générations en générations, les mêmes hamacs aux couleurs chatoyantes qui sont vendus aux touristes. Au détour d’une route, perdue dans la jungle, nous sommes allés nous baigner dans une des nombreuses cénotes G0130315.jpgdont certaines sont exploitées et donc payantes et très fréquentées. Vous aurez compris que nous avons trouvé mieux. Nous y sommes descendus comme des invités à se baigner dans la piscine du village où seuls quelques Mayas s’ébrouaient. Quelle fraîche parenthèse dans ce trou de verdure protégé du soleil et quelle surprise également de constater que beaucoup de baigneurs portaient des gilets de sauvetage. Manifestement, ils ne savaient pas nager ! Ce n’est pas à Cuba que nous aurions pu voir cela car là-bas, ils ont des piscines, des écoles, la jeunesse est prise en charge. Elle a droit à l’éducation. Quel contraste ! Notre voyage nous emmène d’étonnement en étonnement et celui-ci n’est que l’un d’entre eux. Nous apprendrons que beaucoup de femmes Mayas sont analphabètes.

Marjo s’ingénie à trouver des chemins de traverses à notre voyage qui n’en est que plus agréable chaque jour. Tournée vers les autres, elle exploite sans relâche son don des langues pour entrer en contact avec les gens, les comprendre, se faire apprécier d’eux. L’autre jour, elle me disait se considérer vraiment comme trilingue, comme si j’en avais jamais douté ! Elle a progressé en anglais à un point tel qu ‘elle le pratique de manière presqu’aussi fluide que le néerlandais. Quant à moi, le voyage me fait rattraper le temps perdu à l’école à me dégoûter d’apprendre les langues étrangères. Certes, tout n’est pas perdu !DSC08391.jpg Je n’appréhende plus les soirées fatigantes où les conversations sont exclusivement en anglais et où, l’an passé, je ne comprenais rien du tout ou presque ! Maintenant, je participe et si, bien-sûr, je calle à certains moments, un petit aparté en français avec Marjo me remet vite sur les rails. C’est aussi cela le voyage : une perpétuelle mise en situation d’apprentissage. Marjo a déjà tourné la page de l’anglais pour se consacrer à l’espagnol. Elle progresse de jour en jour, discutant les prix avec les taxis et les commerçants qu’elle s’emploie à faire comprendre que nous ne sommes pas nés de la dernière pluie, remplissant nos formalités administratives avec les autorités maritimes mexicaines qui semblent ignorer parfaitement la langue des gringos, ainsi que la possibilité qu’une femme soit capitaine d’un bateau !

Avec l’entrée dans le Rio Dulce, notre voyage va s’orienter vers l’organisation de notre retour en Europe. Il nous faut trouver une marina qui pourra sortir le bateau de l’eau et le mettre à l’abri. Des travaux sont prévus comme l’installation de nos quatre panneaux solaires achetés aux Etats-Unis mais non encore installés, le remplacement de la capote qui porte fièrement toutes les réparations, véritables cicatrices de l’usure du temps qui passe trop vite (déjà plus de vingt ans que l’Otter II accompagne nos errances marines !), etc. Des contacts sont déjà pris, des tas de renseignements sont à notre disposition à travers les écrits d’amis-bateaux qui nous ont décrit leur expérience là-bas…

Il est maintenant presque 7h00. Marjo a encore droit à une heure de sommeil. Je vais préparer le thé. Notre vie à bord est ainsi faite de ces petites routines qui font de notre vie de marins celle qu’on aime. Parfois aussi, de surprenantes rencontres : hier en fin d’après-midi,DSC08405.jpg deux hirondelles semblant épuisées nous ont rendu visite, utilisant l’Otter II comme plate-forme de repos…

Le soleil éclaire maintenant l’océan depuis une bonne demi-heure et vient de se lever derrière des nuages de beau temps au travers desquels les rayons solaires se faufilent faisant apparaître les fameux pieds du vent chers aux Madelinots. Nous sommes arrivés à la latitude de Banco ChinChorro mais avons décidé de poursuivre notre route. Il ne faut pas rater notre rendez-vous avec la marée qui nous permettra de faire glisser notre quille par-dessus la passe d ‘entrée du Rio.

Et moi, j’écris

(à suivre…) en me félicitant d’avoir passé une partie de mon quart en votre compagnie.DSC08435.jpg