Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Ce mercredi 13 novembre 2013.

Ce mercredi 13 novembre 2013.

 

Demain, il y aura déjà deux semaines que nous avons quitté Spanish Water (Curaçao) pour Bonaire où nous sommes mouillés sur bouées ce qui représente une confortable sécurité. Dès notre arrivée, nous avons pris nos marques, sachant très bien que nous nous arrêterions un assez long temps ici. Tout d’abord, nous y aimons les facilités de plongée. Nous sommes, comme toutes les plaques d’immatriculation l’indiquent, au diver’s paradise et nous nous en régalons autant que nous nous en sommes régalés la saison passée. Nous profitons des commodités offertes par l’île : une navette gratuite nous emmène, comme à Spanish Water, deux fois par semaine au « supermarket » où une bonne connexion internet est possible. Nous nous y rendons avec des copains-bateau avec qui nous partageons de bons moments de camaraderie. Il y a Chantal et Laurent de Maeva que nous connaissions par blog interposé. Ils ont en effet navigué de conserve avec « SAS3 », qui a quitté les Caraïbes à la fin de la saison passée et est maintenant déjà arrivé en Australie. Il y a eu la rencontre fort agréable et intéressante avec Lily et Tom de Tiger Lily[1], solide cotre américain dont le capitaine, un ancien de la Navy et grand connaisseur de la côte E des États-Unis, nous a guidés dans notre projet de découverte de son grand pays. J’écris « grand » comme Gainsbourg a écrit « haut » en chantant  New-York :

 

«J’ai vu New-York, New-York, USA

J’ai vu New-York, New-York, USA

 J‘ai jamais rien vu d’aussi haut,

 si haut, si haut, si haut New-York,

New-York USA (…) ».

 

Il nous a bien expliqué les différentes options nous permettant de visiter son pays via le Canada en une seule saison et en évitant de se trouver dans les régions à risque cyclonique. Autant dire qu’il ne faudra pas traîner et il devient évident que le rêve un peu (beaucoup) insensé d’envisager le passage du NO s’éloigne de nous définitivement !

Décidément, je crois que le Peter Pan qui sommeille en moi et ronronne quand même aussi chez Marjo, va devoir quelque peu mettre ses délires en sourdine pour que l’agréable nomadisme  de l’Otter II reste cadré dans l’objectif initial qui était de partir à la découverte du monde en toute sécurité et sans prendre le moindre risque. L’Amérique du Nord est plus vaste que l’on s’imagine et en remonter la côte E sans passer à côté des sites les plus intéressants relève d’une planification judicieusement pensée, ce à quoi Marjo et moi nous attelons.

 

Entre les courses, la lecture, la natation, les « happy hours », le gonflage des bouteilles de plongée, la dégustation des excellents repas que me cuisine avec enthousiasme ma Dushi, nous plongeons beaucoup, presque tous les jours et pas seulement nous deux mais aussi avec Bob du « Pauwke » (le bon ami-bateau qui m’a si gentiment aidé à installer notre nouveau guindeau) et Laurent qui, malgré une expérience limitée aux quelques sorties baptême avec Stéphane & Ann de « SAS3 », progresse de jour en jour avec une opiniâtreté et une volonté qui force notre admiration. Vidanges de masque et passages d’embout sont maintenant devenus presque roupille de sansonnet et notre Laurent découvre davantage à chaque plongée le grand plaisir de pénétrer le monde que l’on dit du silence en même temps que nous, le plaisir de le partager. Je ne dirai pas encore que Laurent est comme un poisson dans l’eau mais il est sur bonne voie.

Ah, j’oubliais de mentionner une superbe soirée musicale, samedi passé, en l’église de Kralendijk où nous avons eu le bonheur d’écouter Carel Kraayenhof, son bandonéon et ses musiciens (un pianiste, un contrebassiste, un violoncelliste et deux violonistes). Impressionnant. Le public enthousiaste a obtenu deux morceaux supplémentaires en ovationnant les musiciens debout. Un grand moment de musique !



[1] Vous vous rappelez certainement de Lily la tigresse…

la princesse indienne enlevée par le capitaine Crochet dans le Peter Pan de Walt Disney.

Les commentaires sont fermés.