Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Ce dimanche 22 décembre 2013 (Anniversaire de mon fils Julien)

Ce dimanche 22 décembre 2013 (Anniversaire de mon fils Julien)

 

Aujourd’hui, je me suis réveillé couché dans une couchette horizontale tant dans le plan antéro postérieur que dans le plan transversal ! Quel bonheur me dis-je ! Mais où suis-je ? En mer ? Ce n’est pas possible ! Tout est si calme. Ah oui, je me souviens, maintenant, nous sommes à Culebra, dans ce fabuleux mouillage de Culebra que nous avons atteint hier dans la nuit comme la Terre promise pour les Hébreux. Quelle traversée ! Cinq jours de près contre un alizé soutenu qui n’est jamais descendu sous les 15 Beaufort et est resté pour ainsi dire tout le temps au-dessu des 6Beaufort avec des pontes à 8 (On a plusieurs fois vu notre anémomètre fleureter avec les 35 nœuds !

Mais revenons au jour de notre départ des Roquès. Nous y étions si bien aux Roquès ! Nous avions revu notre vieil ami Martin (voir la saison passée : les tortues de Dos Mosquises) et nous avions de nouveau sympathisé en lui offrant sur clé USB le film tourné avec le jeune vétérinaire Luis. Nous avons aussi eu le grand plaisir de revoir nos amies les tortues (du moins ce qu’il en restait après toutes les remises à l’eau parrainées pendant notre retour en Europe). Comme elles ont grandi ! Et embelli également…

Bref, nous étions bien dans ce mouillage de rêve quand Martin et son copain Tchiche nous envoient des sifflets intempestifs avec des grands signes nous invitant à venir prendre possession d’une information qui, d’après leur insistance, nous sembla importante. J’étais en combinaison de plongée, bouteilles sur le dos, près à nettoyer notre demi-coque bâbord. Devant l’insistance de nos amis, je me déséquipe et, avec Marjo, nous sautons dans l’annexe et allons aux nouvelles. Ils nous annoncent qu’ils viennent d’apprendre que les coastguards, qui avaient briller par leur absence depuis notre arrivée, allaient arriver dans une paire d’heures et que pour éviter le payement d’une grosse taxe de séjour dans le parc national, nous avions intérêt à nous sauver bien vite !!!

Après nous être salués avec beaucoup de fraternité, nous avons plié bagages en un temps record. Je crois qu’on a mis moins d’une heure pour replier le Zodiac, ranger le moteur et préparer le bateau à une traversée devant durer un minimum de quatre jours. Record battu, nous faisions route alors que les coastguards n’étaient toujours pas arrivés. Bien que nous attendions une météo plus acceptable qui tardait à arriver, nous savions que les conditions ne seraient pas idéales mais qu’elles seraient, disons, acceptables. Et la traversée commença, le vent montant rapidement au-dessus des 20 nœuds. Le deuxième jour, pendant la nuit, nous entendons un grand clac qui me fait me demander ce qui s’est passé. Nous étions à l’intérieur et ne nous doutions absolument pas de ce qui s’était passé. Inquiet, je sors donc dans le cockpit et me rends immédiatement compte que la bosse du premier ris qui était pris compte tenu de la force du vent avait cassé. Littéralement explosée ! Voir cela permet de se rendre compte des forces terribles que subit le matériel dans ces conditions de vent soutenu. Je décide donc de prendre le deuxième ris en me disant que, dans le fond, j’aurais peut-être déjà dû le prendre avant. On ne se refait pas ! Quand on traverse, contrairement à Marjo pour qui les traversées sont toujours trop courtes, j’ai toujours envie d’arriver le plus vite possible ! Le reste de la traversée a été à la hauteur de cette prise de deuxième ris car, à aucun moment, nous n’avons regretté la rupture et donc l’impossibilité d’utiliser le premier ris sans réparer. En atterrissant, notre yankee complétement enroulé et donc sous grand voile ainsi arisée et trinquette seule, nous filions 7 nœuds à 50° du vent apparent ce qui donne une idée du confort régnant dans le bateau qui affrontait des lames de 2,50m, 3 mètres d’amplitude très courtes comme on a l’habitude d’en rencontrer dans la mer Caraïbe.

Nous arrivons donc en vue des bouées d’atterrissage balisant le chenal d’accès à l’Ensenada Honda, mouillage que nous avions tant apprécié en partie avec nos enfants la saison passée. Embouquer un chenal d’accès par nuit noire (la lune décroissante venait juste de se lever et n’éclairait pas encore suffisamment pour améliorer la visibilité) est toujours une source de stress qui nous mobilise tous les deux à 200%.  Marjo à la barre gère l’arrivée aux waypoints corrigeant le pilote automatique quand celui-ci tarde à réagir et moi, je repère les balises rouges (laissées à tribord ici alors que c’est le contraire en Europe) et les vertes à bâbord. Certaines sont éclairées, d’autres n’apparaissent que lorsqu’elles sont illuminées. C’est là que j’interviens les éclairant avec un gros phare après les avoir repérées sur la carte. Cela permet à Marjo de lever chaque fois le doute de savoir si notre position est bien conforme à notre route. Et là, on sait maintenant que nous formons une formidable équipe car c’est ainsi que notre Otter parvint sans encombres, en slalomant entre les différents bateaux que l’on distingue bien grâce à leur feu de mouillage (feu fixe blanc 360°), à l’endroit choisi par Marjo pour mouiller l’ancre. Il y a déjà quelques mois que j’ai renoncé à y mettre mon grain de sel. C’est elle qui est à la barre, c’est elle qui décide !

Le bateau bien immobilisé, la tenue de l’ancre vérifiée par une bonne marche arrière, il était minuit lorsque nous nous sommes retrouvés dans le carré, devant un bon verre de rhum, contents d’être arrivés et, disons-le quand même, fiers de cette belle entrée de nuit dans un mouillage d’accès quand même assez compliqué.

Après une bonne nuit de sommeil, ce matin, nous avons rempli nos obligations à l’immigration. Et là, je ne résiste pas à l’envie de vous en conter les péripéties. Il faut savoir que pour ces tracasseries administratives, c’est ma polyglotte de femme qui s’occupe de tout. Moi, je reste en retrait et me contente de signer en tant que capitaine. Mais aujourd’hui, le « customer officer » s’étant fait attendre sans qu’il en soit responsable (les nouvelles dispositions administratives que nous ignorions imposent aux immigrants temporaires que nous sommes de nous annoncer par téléphone à un numéro certes gratuit mais que nous sommes censés connaître – je me demande bien par quel biais, ce n° n’étant pas identique pour tous les ports d’entrée américains). Bref, nous attendions la venue du « customer officer » depuis une bonne heure quand celui-ci arrive. Je me lève et lui dis : « good afternoon Sir. We are waiting for you » ce qu’il n’a pas apprécié dixit Marjo qui préfère toujours que je reste discret. Bref, le douanier comprend très vite à mon piètre anglais que c’est avec Marjo qu’il va pouvoir discuter et nous emmène dans son bureau. Là, il compose le n° sur son portable et le passe à Marjo. Un préposé demande (en anglais of course) à Marjo si le capitaine parle anglais . Et devinez ce que Marjo lui a répondu… Elle a dit : « Yes, he can but he don’t hear very well ! » Ah, cette Marjo, comme elle sait si facilement me sortir de situations difficiles. Voilà que maintenant, en plus d’être muet (discret), je suis sourd !!!

 (à suivre)

Les commentaires sont fermés.