Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2013

5 janvier 2013

Samedi 5 janvier 2013

 

J’avais laissé le récit de nos aventures à Spannish Town, câble d’inverseur dûment remplacé. Le lendemain on lève l’ancre pour la visite de Devil’s Bay and the Baths. L’Otter sur bouée, c’est en confiance que nous prenons l’annexe et nous dirigeons vers la grève. Arrivés à la limite de la zone de baignade, c’est à la pagaie que je dépose Marjo sur la plage et reconduit le Zodiac hors zone de baignade pour revenir ensuite à la nage. C’est ici la règle ! La baignade étant un grand plaisir, pas de problème, je m’y colle ! Dépêchons-nous de visiter ce pittoresque endroit avant de devoir le faire à la queue leu leu ! Mais comment vont-ils arriver jusqu’à la plage tous ces touristes ? Ont-ils le privilège d’être déposés sur la plage, eux ? Que nenni, nous les voyons contraints d’enfiler le gilet de sauvetage réglementaire et avec –quand même- un petit sourire, se mettre à l’eau et venir vers la plage en barbotant, tout jaunes qu’ils sont comme des petits canards ! Quand je pense qu’on a même pas eu le réflexe de prendre une photo de cet insolite débarquement !... Précédant donc ce grand groupe, nous parcourûmes le dédale des roches semblant avoir été jetées dans l’eau par un géant. L’ambiance, la résonnance des sons, la lumière se faufilant entre les pierres pour mettre en évidence la couleur turquoise des eaux, la déambulation faite d’escalades et de descentes dans un véritable circuit semi-sous-terrain valaient vraiment le détour. Revenus sur la plage, nous nous sommes hâtés pour retourner à bord, évitant ainsi les petits canards qui commençaient à affluer. C’était décidément une bonne idée de s’être levés suffisamment tôt pour éviter une visite trop « accompagnée »…

De Devil’s Bay quelques miles seulement nous séparaient du mouillage prévu pour les nuits suivantes : formant la partie NE de Gorda Sound, Prickly Pear Island nous abrita de l’alizé pendant trois jours au cours desquels nous fîmes la découverte en annexe d’endroits magnifiquement organisés autour, pour Bitter End Resort, d’un hôtel particulièrement bien intégré à l’environnement. Des bungalows en bois et toits en tuile de bois également, sont ainsi dispersés à flan de colline et reliés entre eux par des escaliers, sentiers et passerelles du plus bel effet. On s’est promenés dans ces petits chemins fleuris qui respiraient la tranquillité et la douceur de vivre avec d’autant plus de plaisir que nous étions salués à chaque rencontre par un sympathique « good morning ! » tant par le personnel de l’hôtel que par les clients ou autres promeneurs. Difficile d’ailleurs de dire où commençait et finissait le territoire hôtelier, l’ensemble des habitations étant si harmonieusement disposées et construites. Une bien belle réussite architecturale !

Le lendemain, à l’ouest du Sound, Leverick Bay nous accueillit également. Un peu moins cossu, le petit port n’en a pas moins de charme et là encore nous pûmes nous féliciter de l’accueil reçu. Que de beaux et sincères sourires de bienvenue !

Mais ces endroits ont beau être accueillants, notre voyage continue. Nous devons avancer et le réveillon de nouvel an approche. Nous levons donc l’ancre pour l’incontournable Peter Island (comment passer à côté d’une île ayant pour nom le prénom de mes beau-père et beau-frère ?!) que nous atteignons après quelques heures d’une navigation toutes voiles dehors au grand largue, l’Otter II donnant à cette allure sa pleine puissance. Un grand moment de bonheur sous le soleil Caraïbe.  Au terme de cette belle navigation, nous mouillons dans Deadman Bay, petite crique au N de Peter Island. Magnifique mouillage dont la tranquillité nous fut comme un cadeau de réveillon.  A minuit, nous n’étions plus que trois voiliers au mouillage pour assister au magnifique feu d’artifice tiré du rivage de Tortola. Le bouquet final à peine éteint, nous plongeâmes sur nos couchettes, heureux de notre réveillon passé tranquillement à bord de notre compagnon de voyage.   Le lendemain,  direction l’île au trésor : Norman Island de son vrai nom. Mouillage sur bouée uniquement (35 $ la nuit et, à terre, un vrai piège à touristes !) Ha, si Stevenson avait pu prévoir ce que le tourisme ferait de « son » île !...  Je peux bien dire que de là, nous nous sommes sauvés ! Direction NO vers Soper’s hole sur l’île de Tortola, le port d’où nous comptons prendre le ferry pour l’Amérique ou plus précisément les US Virgin Islands.  Pour poursuivre notre route à travers les USVIs et Porto Rico, il nous faut en effet obtenir un visa que nous aurions pu demander avant de quitter la Belgique mais pour cela, il aurait fallu que nous sachions que nous allions modifier notre programme. Seul un aller-retour en ferry dans les USVIs, muni d’une autorisation ESTA  obtenue sur Internet, permet de se le procurer. Donc, après avoir pu vérifier la tenue de notre ancre, nous laissons là notre Otter et nous dirigeons vers l’embarquement pour l’Amérique. Cela semble tout simple et cela me semblait également ne pas relever de l’exploit. C’est donc en toute confiance que je m’étais fait tout beau en enfilant mon plus beau short Le Glasik bleu marine et un beau polo orange du plus bel effet. Je ne pense évidemment pas que le passage par l’immigration va être organisé comme pour un départ en avion ! Aller en Amérique, ça ne rigole pas ! Me voilà donc franchissant le portique de détection de matériel illicite après m’être débarrassé de mon portefeuille, montre, etc. Bref tout le cinéma habituel. C’est alors que déposant ma ceinture dans le plateau, je m’aperçois que j’ai laissé mon couteau qui y est attaché. L’air de rien, je dépose le tout dans le plateau et passe le portique. Marjo dont je croise le regard commençait déjà à transpirer quand le préposé me demande ce que c’est que cet insolite objet. Placé dans son étui c’est en effet très difficile de savoir qu’il s’agit d’un couteau. « What’s this ? » dit le préposé en se saisissant de l’objet. « It’s my knife » réponds-je comme si le garder me paraissait tout à fait normal. « No, no, no. It’s impossible !!! » répond l’officier, l’air aussi offusqué que le mien était étonné. Je le voyais en effet, mon couteau en main, prêt à le fourguer dans sa poche et retourner chez lui content de sa bonne journée de travail. C’est alors que Marjo sauva la situation en proposant dans son anglais dont les progrès sont en plein galop, que le couteau soit confié à la préposée aux billets jusqu’à notre retour, ce qui fut fait à mon grand soulagement. Je parvins quand même à dire en riant à la jolie  préposée : « It’s not for your man !!! It’s mine… » et Marjo d’ajouter car elle craint par dessus tout les répercussions de mon humour quand je l’exprime en anglais !!! « It’s a gift ! »… « No problem, I  keep it » répondit la dame. Fin de l’épisode.  Ou presque car à peine assis sur le banc du ferry, Marjo me grondait pour ma désinvolture qui aurait pu nous coûter… mon couteau !...

Notre court séjour aux USVIs se passa sans problème. Nous y obtînmes le fameux visa et cela pour une durée de deux mois. J’y laissai mes empreintes digitales (les dix doigts !), la photo de ma tête sans les lunettes et quelques dollars. J’en rapportai des images, une ambiance, le souvenir d’une belle promenade littorale en attendant le retour du ferry. Le soir, nous revenions à bord de notre Otter, tout content de le retrouver tel que nous l’avions quitté. Et ce matin, après un dernier passage en ville pour poster les cartes et communiquer une dernière fois avec les enfants et la maman de Marjo,  départ pour Cane Garden Bay,  magnifique petit mouillage en face d’une belle plage de sable fin plantée de nombreux cocotiers. Il est 2035 h locales. L’alizé est toujours soutenu entre 15 et 25 nœuds dans les rafales. L’ancre est bien enfoncée dans un sable de bonne tenue. Nous sommes donc en sécurité. Le  ciel nuageux nous plonge dans une nuit très noire d’où seules émergent les lumières des bars-restaurants installés en bord de plage. Une musique rythmée se bat avec l’alizé pour nous parvenir, les basses y réussissant mieux que les autres. Pas de quoi nous empêcher de dormir. L’éolienne travaille bien à la production de notre électricité. Tout est calme. Il fait doux. Je suis encore en maillot. La vie est belle à bord de l’Otter II.

 

(à suivre…)

Les commentaires sont fermés.